Emi around the world

Voyage seule, 37 ans, Traversée à vélo de l'Afrique du Caire au Cap

20180412_153118.jpg

J'ai découvert Emi sur Instagram car elle postait régulièrement des photos de bivouacs en montagnes proche de chez moi. J'ai tout de suite été impressionnée par ces idées de dormir à des endroits où je n'aurai jamais osé (des lieux simples). Elle m'a intrigué. Puis en regardant sa photo de profil, j'ai vu que c'était une cyclovoyageuse aussi.

 

Quelle surprise au gré de nos discussions de me rendre compte du sacré périple qu'elle avait effectuée. Je vous partage son témoignage impressionnant. Je me réjouis un jour de la rencontrer.

Vous pouvez trouver ces récits sur son blog et sur les réseaux sociaux.

  • Facebook
  • Instagram

Ses statistiques

Emilie dit "Emi"

Du Caire (Egypte) au CAP (Afrique du sud)

10 pays traversés

14'358 km

En 2 étapes de Janvier-Mai 2017 et de Octobre 2017 en Mai 2018:

9 mois et 24 jours

23% Bivouac

21% Lieux publics

40% Chez habitant

16% Hotel

 

Son trajet

afrique-emi.jpg

CARTE DE MON PÉRIPLE DU CAIRE AU CAP SEULE À VÉLO – Emi around the world

Mon périple seule à vélo à travers 10 pays d'Afrique, du Caire au Cap, soit 14358km:

 

ÉGYPTE

SOUDAN

ÉTHIOPIE

KENYA

TANZANIE

MALAWI

ZAMBIE

BOTSWANA

NAMIBIE

AFRIQUE DU SUD

L'histoire de Emi around the world

 
 
 
 
 
 
 
 

Qui est Emi?

 

Je m'appelle Emilie (dit Emi), j'ai 37 ans lorsque je suis partie, née dans le Sud Vendée mais j'ai vécu une grande partie de ma vie (16 ans) en Espagne. C'était mon tout 1er voyage (donc complètement novice). Et oui évidemment je veux repartir, je ne me vois plus voyager autrement qu'à vélo !

Mon Itinéraire

Je suis partie seule, novice , sans sponsor et sans assistance du Caire au Cap, à travers 10 pays (Egypte, Soudan, Ethiopie, Kenya, Tanzanie, Malawi, Zambie, Botswana, Namibie, Afrique du Sud) en 2 étapes:

  • 1e étape du Caire Egypte à Addis Abeba Ethiopie de fin janvier à début mai 2017

  • 2e étape et fin d'Addis Abeba au Cap de fin octobre 2017 à début mai 2018.

J'ai pris l'avion pour l'aller au Caire et le retour du Cap, et j'ai tout pédalé, sauf pour traverser de l'Egypte au Soudan : bateau d'Assouan à Wadi Halfa et une portion de 200km dans le nord du Kenya (des voleurs/violeurs se cachaient souvent dans la forêt de cette zone et attaquaient bus et passants).

 

Pour transporter le vélo en avion, je démonte la roue avant, les pédales et le guidon, puis il tient dans un grand carton. Je le protège bien avec du papier bulle ou des vêtements. Je trouve le carton dans des magasins de vélo ou je le fabrique à partir de grands cartons d'emballage.

Dans les bus ou taxi (au Caire arrivée de nuit), le vélo monte sur le toit du véhicule... Bien attaché... C'est l'Afrique !

Emi et ses dodos

117 nuits - 40% - chez l'habitant

68 nuits - 23% - en bivouac/camping sauvage

62 nuits - 21% - dans des lieux publics (commissariat de police, église, école, station-service...)

47 nuits - 16% - dans des "hôtels" locaux ou campings payants 

*le mot hôtel est un bien grand mot pour désigner les endroits payants où je dormais. Souvent dans un piètre état de vétusté, propreté et fréquentation malsaine... 

Comment l'idée m'est-elle venue de partir en voyage à vélo?

J'ai eu la chance de beaucoup voyager depuis que je suis majeure et indépendante financièrement. L'Afrique, où je travaillais en saison et que je connaissais déjà un peu m'a toujours attirée. Tous mes voyages étaient pour moi des aventures mais le mode "backpacking" ne me suffisait plus. J'avais lu plusieurs livres de voyages d'aventures longue distance, à pied ou à vélo, et je trouvais ça tellement passionnant et fou ! Mais pourquoi ne pas se lancer le défi... Pourquoi n'en serais-je pas capable ? Ou au moins ESSAYER ! C'est aussi pour ça que mon périple a été coupé en deux. Je voulais partir, j´étais décidée mais je n'avais pas trop de temps disponible à cette période-là. Le repousser aurait laissé le temps aux doutes de s'installer dans ma tête, à mes proches de me dissuader et mis en péril son exécution. Quand on a une idée en tête il ne faut pas trop réfléchir, surtout si c'est un projet qui sort de l'ordinaire.

 

Peur avant/pendant le voyage ?

C'est une question qui revient régulièrement. Mais peur de quoi ? ....

Je n'ai pas peur, mais attention, je suis prudente ! J'ai l'expérience de l'âge et de nombreux voyages. Je suis mon intuition pour beaucoup de choses comme trouver un endroit où dormir. Je préfère dormir dans un village par exemple qu'au milieu des bois si je ne suis pas sûre que personne ne viendra me déranger. Sur la route, je suis extrêmement prudente et attentive. J'ai appris à maitriser ma peur mais aussi à ne pas me mettre en danger.

Avant de partir non plus je n'avais pas peur mais je me posais des milliers de questions sans trouver de réponses. L'appréhension la plus grande était de trouver un endroit sûr pour dormir tous les soirs...

 

But et contraintes

Je n'avais pas de but précis. C'était mon 1e voyage à vélo sans savoir si j'allais aimer ce mode de voyage et si mon corps allait supporter. L'important pour moi était d'essayer et de profiter de l'expérience. 

Les contraintes étaient surtout physiques. Je suis partie SANS ENTRAINEMENT, et je n'étais pas très sportive. Cela dit, l'entrainement n'est pas nécessaire et quand on veut on peut ! Tout est possible ! J'ai poussé peut-être beaucoup plus mon vélo que quelqu'un qui serait plus fort physiquement. L'important c'est d'être courageux, d'aller à son rythme et de penser à son objectif.

 

Le voyage au féminin

La mécanique vélo n'est pas mon fort, surtout pour mon 1e voyage à vélo, pas évident... En Afrique, je me dis que tout se répare et que si j'ai un problème je trouverai toujours quelqu'un pour m'aider. J'apprends tout de même les bases rapidement avant de partir, grâce à des vidéos sur internet : réparer une crevaison et changer la chaine... 

Pour ce qui est de la selle, effectivement, je pense investir dans une selle plus confortable pour mes prochains voyages !!!... Les douleurs n'étaient pas insupportables juste parfois inconfortables. 

Pour ce qui est des règles, je n'ai jamais trop souffert de douleurs en temps normal, j'ai de la chance. Pour ce qui est de l'hygiène, j'essayais d'être plutôt en ville ou au moins qu'une douche soit accessible ces jours-ci. 

(Catoche : Il se peut que ce genre de long trajet peut couper les cycles menstruels)

A une femme qui voudrait faire ce voyage (ou un autre d'ailleurs), j'aimerais lui dire que c'est plus facile que ce qu'on imagine et qu'on est aussi plus fort et courageux qu'on croit. Il ne faut surtout pas se mettre de limite juste pour le simple fait d'être une femme. Les gens sont en général très bienveillants envers une femme qui voyage seule. Et en Afrique, une femme seule sera accueillie n'importe où comme si vous étiez leur fille, leur mère ou leur sœur ! 

Comment rendre la confiance à une femme qui aurait peur de se lancer ?

(Question difficile... Il faudrait savoir pourquoi elle a peur et pourquoi elle a perdu la confiance...)

Il faut toujours penser positif !  Ne pas penser que les gens sont plutôt mauvais par exemple (et l'intuition féminine va vous éloigner de ces personnes) car en plus ce n'est pas le cas ! Penser qu'il n'y a pas de problème mais plutôt des solutions. Et comme je l'écris avant déjà, on est plus fort que ce qu'on pense, et c'est dans l'adversité qu'on se surprend autant physiquement que moralement. 

Je compare souvent le voyage à vélo à la vie : il y a des moments joyeux, des rencontres, des moments tristes ou difficiles, des problèmes surgissent de temps en temps. A-t-on peur de vivre ? L'inconnu inquiète souvent, mais c'est aussi ça l'aventure ! 

 

Conseils aux filles / femmes qui veulent se lancer dans le voyage à vélo

D'être prudente bien sûr mais surtout ne pas se limiter juste parce qu'on est une femme. Ne pas faire attention aux idées reçues "c'est dangereux pour une femme seule de voyager dans tel pays et à vélo ?!" mais plutôt de s'inspirer d'autres femmes qui connaissent le pays ou idéalement qui ont fait le trajet à vélo. Ne pas se laisser décourager par ses proches, parents ou amis. Ne pas trop parler de ses projets, pour éviter les jugements et d'être là aussi découragée. 

Attention quand même ! Le voyage à vélo devient vite une addiction !!!

 

Coups de cœur

Malgré tous les stéréotypes : le Soudan, pour la gentillesse et la bienveillance des soudanais. Dans tous mes voyages, à vélo ou non, je n'ai jamais reçu un tel accueil. Je suis invitée tous les soirs à dormir dans les villages, c'est une évidence pour eux. Donner l'hospitalité est une tradition, sans rien attendre en retour. Les femmes sur les bords de route me font des signes et crient pour que je m'arrête me reposer un instant dans leur village. Le déjeuner m'est souvent offert par d'autres voyageurs ou routiers avec qui je discute à peine. Et puis il y a aussi toutes ces pyramides au milieu du désert... 

La Namibie est aussi dans mes pays favoris pour ses grands espaces désertiques, où l'on semble seul au monde... Avec des paysages grandioses et un terrain de camping qui s'étend à l'infini.

 

Une anecdote

En passant l'un des nombreux contrôles de police sur ma route en Egypte, à 200km au sud du Caire, je me fais arrêter sans comprendre vraiment ce qu'il se passe. Les agents vont d'un bureau à un autre dans le commissariat et passent des appels téléphoniques. Je ne comprends pas ce qu'ils disent. Puis l'un d'eux me donne une chaise et une tasse de thé à la menthe, cadeau pour l'attente... Une demi-heure plus tard, je suis libre de repartir... ou presque. Je remarque qu'une voiture de police me suit désormais. 

En effet, pour garantir la sécurité des étrangers, le gouvernement égyptien ne permet pas aux cyclistes de pédaler seuls. Lors de la traversée du pays, je me sens comme une VIP, escortée d'une voiture de police... sur 700km ! 

C'est mieux de voyager seule, à 2, à 3, à 6...????

Plus on est de fous plus on rit... ? Pourquoi pas et chacun son voyage. Mais partir à plusieurs en voyage à vélo peut être très compliqué. On n'a pas les mêmes envies, les mêmes besoins, le même budget... À vélo, on vit des situations parfois tendues, on est parfois plus sensibles aussi, dû au manque de sommeil, la fatigue de l'effort etc. Il faut savoir s'adapter aux autres, se mettre d'accord, être conciliant. 

Personnellement je voyage seule et j'aime être seule, même si j'avoue que sur une longue période certains moments sont difficiles. Je ressens aussi l'envie de partager certains instants magiques. Mais j'aime cette liberté, liberté totale. N'attendre personne et ne dépendre de personne. Mais c'est une opinion personnelle évidemment. A deux (ou plusieurs), il faut vraiment bien connaitre l'autre et avoir vécu des choses ensemble ou avoir un projet fort (en couple par exemple).

 

Un gri gri.. Doudou ?

Oui, Samy, mon petit ourson installé dans ma sacoche avant. (J'ai dû le cacher en Ethiopie pour ne pas me le faire piquer !)

 

Prochain projet ?

Beaucoup de projets de voyages à vélo ! Afrique de l'Ouest, Amériques du Nord au Sud, mais le prochain sera surement Europe-Pakistan, via des zig-zags dans les Balkans et dans les -Stans avec la Pamir Highway, départ courant 2022 mais je préfère ne pas trop m'avancer en fonction de l'évolution de la pandémie... à suivre...

(Catoche: ou la la, je me réjouis de la suivre...elle est juste incroyable. Faites glisser les photos, vous aurez un apercu de son voyage )

 
GOPR1844
GOPR1844

press to zoom
IMG_0302
IMG_0302

press to zoom
IMG_8059
IMG_8059

press to zoom
1/16
 

COMMENTAIRES

Si cet article t'a intéressé et que tu veux glisser un commentaire dans ma sacoche,je te propose plusieurs solutions:

1. Contactes moi par message sur instagram @les_sacoches_de_catoche

2. Envoies moi un email à hellocatoche@gmail.com

3. ou Réponds à Contact sur le site internet de hellocatoche

Et si tu es intéressée ou que tu as envie de partager ton expérience comme les voyageuses à vélo de cet article, je te conseil aussi de me contacter. Je serai ravie de te compter dans mes voyageuses coup de cœur.